Don d'organes, un décret assouplit les modalités pour exprimer son refus

Un décret daté du 11 août 2016 offre désormais la possibilité d'exprimer de son vivant son refus de donner ses organes.

Auparavant, la règle du consentement présumé était appliqué : si le patient n'avait pas fait connaître de son vivant son opposition, il était considéré par défaut comme donneur. Pour exprimer son refus, il fallait s'inscrire sur le registre automatisé des refus de prélèvement.

Désormais, il est plus simple de signifier son refus partiel ou total : il suffit de le noter par écrit, de dater et de signer le document, puis de le confier à un proche. Pour la personne qui est dans l'impossibilité physique d'écrire, le décret prévoit que deux témoins peuvent attester que le document qu'elle n'a pu elle-même rédiger est "l'expression de sa volonté libre et éclairée". Enfin, un proche d'une personne décédée a la possibilité de faire valoir le refus de prélèvement d'organes que cette personne aurait manifesté sans l'avoir exprimé par écrit de son vivant.

www.dondorganes.fr

Sur le même sujet